J’attrape un drap, de la ficelle, des pinces à linge et pousse ma famille a passer devant mon objectif. Je n’ai que mon téléphone avec moi - tant pis, il me servira d’appareil, et le soleil couchant de lumière. C’est la photographie que je préfère, faite de bric et de broc.

Le drap a une signification particulière, celle de l’intime et de la mémoire. Je l’aime dans ses plis, ses courbes, ses imperfections. J’y imagine une présence, une fois la séance photo terminée et le modèle parti. Le draps mémorise les traces, faisant écho à l’homme dans sa quête perpétuelle du souvenir qu’il laissera de son passage sur la Terre.

Using Format